Gustave le coloriste

Extrait de l'exposition Moi, Gustave (09/09-28/11/2016)

"Je rêve mes maisons face à la mer. Un léger soleil de printemps crée un jeu d’ombres sur leurs façades agitées, à la fois ouvertes et fermées. Les rayures de briques troublent la vue, leur vernis luit légèrement, les sgraffites et les vitraux chamarrés accrochent le regard.

La couleur est partout. Il en faut dans une ville où le ciel est souvent gris, n’est-ce pas ?

Pierre blanche et pierre bleue – qui, comme on le sait, est grise ! -, moellons de grès rouge. Briques rouges, orangées, jaunes, brunes, crème, vernissées parfois, dans des teintes crème, vertes ou bleues.

Je ne suis pas le premier à alterner les couleurs de briques, mais je me singularise par le rythme imprimé à ces alternances : au rez-de-chaussée, par exemple, ce sont les lignes crème qui dominent, mais plus on s’élève, plus les lignes rouges s’intensifient, jusqu’à prendre le dessus. Et je n’oublie pas leurs joints, peints ou teints dans la masse. Le diable est dans les détails !

À cette cadence soutenue, j’associe le singulier mélange des matériaux de construction, pour un effet d’ensemble vibrant.

Mes sgraffites et vitraux, comme autant de petits tableaux abstraits, dessinent des formes bien circonscrites. Les teintes sont soutenues, même si avec le temps, la pluie a délavé la peinture des sgraffites".

Photos